• "Argent public, fortunes privées" par Olivier Toscer

     "Argent public, fortunes privées" par Olivier Toscer

    « Le 15 octobre 2003, le gouvernement de M.Jean-Pierre Raffarin rompt l'arrangement qu'il avait conclu un mois et demi plus tôt avec la justice américaine dans le but de clore le dossier Executive Life. Contre une amende de 440 millions d'euros, les pouvoirs publics pouvaient mettre fin aux poursuites engagées par la justice américaine après le rachat frauduleux par le Crédit lyonnais, alors nationalisé, d'une compagnie d'assurances californienne. Mais M. François Pinault, milliardaire et ami intime du président de la République, et M. Jean Peyrelevade, ancien directeur adjoint de cabinet de M. Pierre Mauroy à Matignon, puis président-directeur général de la banque aujourd'hui privée, tous deux personnellement impliqués dans cette affaire, seraient restés dans le collimateur du parquet de Los Angeles.

    L'Etat préfère donc rechercher un nouvel accord qui protège cette fois tous les acteurs français impliqués, qu'ils soient publics ou privés. Le coût pour les finances publiques de l'arrangement judiciaire risque d'en être considérablement alourdi. D'autant que l'Etat prendra en charge les amendes imposées à Artémis, le holding personnel de M. François Pinault, l'une des plus grandes fortunes de France, et à M. Jean Peyrelevade, un banquier privé. La gestion du dossier Executive Life illustre cette méthode, très ancienne, consistant à privatiser les gains et à nationaliser les pertes. Engendré par la promiscuité entre la technocratie d'Etat et les élites privées, protégé par le faible degré de connaissance de la chose économique par le public (d'autant que les médias, protagonistes et profiteurs de ce genre d'arrangement, en parlent assez peu...), le favoritisme d'Etat éclaire les politiques économiques suivies par tous les pouvoirs, de droite ou de gauche, depuis un peu plus de vingt ans.....

    (...)
    Au temps de sa splendeur, le Crédit lyonnais public a fonctionné comme une fabrique de nouveaux milliardaires. MM. François Pinault, Bernard Arnault, Vincent Bolloré, Jean-Charles Naouri, et nombre d'autres membres du Top 25 des grandes fortunes françaises, ont dû à la générosité du Lyonnais de pouvoir développer leurs affaires. Sous couvert de relancer l'économie française, les dirigeants de la banque semblaient toujours disposés à octroyer des prêts généreux à une poignée de ténors des affaires. Ils ne négligeaient pas non plus d'investir directement dans leur négoce en prenant des participations en capital. Une aubaine pour les aventuriers de la finance : un prêt se rembourse, pas une mise en capital...

    (...)
    Le recyclage de fonds publics en capitaux privés est la martingale à la base de la constitution rapide de grandes fortunes en France. C'est aussi une manière de les sauver. Le « patron des patrons » lui-même en sait quelque chose. M. Ernest-Antoine Seillière pourrait-il mener aujourd'hui l'offensive du Medef si, en 1978, le gouvernement de M. Raymond Barre n'avait commencé à nationaliser les usines sidérurgiques de sa famille, alors en pleine déconfiture, sauvant ainsi le groupe Wendel des affres de la faillite ? A l'époque, en effet, les 22 milliards de francs de dettes du groupe Sacilor, l'héritier des maîtres de forges Wendel, étaient reprises par l'Etat. La famille Wendel ayant annoncé sa volonté d'arrêter cette activité, le gouvernement avait accepté de s'y substituer..... »


    Un très bon boquin écrit par O.Toscer qui dévoile les milieux "corrompus"!!
    (On peut trouver l'argent si on veut...aider les personnes les démunies...)
    Vous pouvez vous le procurer dans plusieurs librairies dont la modique somme est de 5 euros!!!


     


  • Commentaires

    1
    Lundi 15 Janvier 2007 à 00:33
    Verol est votre fantôme corps/viande
    C'est là le myspace: http://www.myspace.com/andyverol
    2
    Fil
    Mercredi 17 Janvier 2007 à 07:42
    suite...
    ...du débat chez moi. :)
    3
    funambule
    Vendredi 19 Janvier 2007 à 15:44
    j'ai vu
    sur je ne sais quelle châine un autre livre ou il est question de l'argent caché de l'Elysée ...affligeant
    4
    crepe
    Vendredi 19 Janvier 2007 à 15:46
    ah
    qul bonheure de te trouver dans le blog traffic!!!au moins il ya des gens qui visitent de bons bloggs!!!:)
    5
    f
    Vendredi 19 Janvier 2007 à 15:48
    voilà c bien ça
    + 798 %. Telle est la progression fantastique des dépenses de l'Elysée durant la présidence de Jacques Chirac, qui avait pourtant promis, à son arrivée, une " présidence modeste ". Et il ne s'agit que de la partie visible du budget présidentiel, la partie cachée, deux fois supérieure, étant répartie entre douze ministères mis à contribution par l'Elysée. Pour la première fois sous la Ve République, ce livre dévoile le véritable budget de la présidence, seule institution de notre République à dépenser sans contrainte ni contrôle l'argent public. Soucieux de revaloriser la fonction parlementaire, René Dosière n'a pas hésité à briser le silence de plomb qui règne, depuis toujours, sur ce sujet. Pendant cinq ans, il a pratiqué un " parlementarisme d'investigation " dont cet ouvrage expose les modalités et les résultats. Une enquête décapante.
    6
    Samedi 20 Janvier 2007 à 02:43
    tiramisu
    passe sur la 1 (épmission watcst)!!!!!!!!!!!!!géniallll!!belle surpise "même si..." lalallalala
    7
    Jeudi 25 Janvier 2007 à 09:03
    C'est ça la France
    Je sais plus combien on a pay�© pour �©ponger le trou b�©ant du LCL...En tout cas nous quand on a un d�©couvert, des impay�©s on est gentiments foutus dehors et c'est pas l'Etat qui nous aide.... Merci d'�ªtre passer sur mon blog..... A+
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :