• _"C'est De La Racaille? Eh Bien, J'en Suis!". Alessi Dell'Umbria_

    Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

    "C'est de la Racaille? Eh bien, J'en suis!" par Alessi Dell'Umbria.

    "Ce soir, on vous met le feu!" : cela aurait pu être le tube de l'automne 2005. Pendant trois semaines, dans différentes banlieues de l'Hexagone, des centaines de jeunes ont mis en pratique la vaine promesse de cette chansonnette de supporters." 

    Alessi Dell'Umbria, marseillais, militant associatif des quartiers.
    Il publie en 2006 "C'est de la racaille ? Eh bien j'en suis !" puis, par la suite "Histoire universelle de Marseille".

    "Vous en avez marre de cette racaille? On va vous en débarrasser!" 
    (Racaille, mot d'origine occitane : la racalha c'est littéralement, le vomi, le rebut, le substantif formé à partir du verbe racar, vomir, rejeter.)
      

    95 pages, sept chapitres, l'auteur retrace la révolte de novembre 2005 puis analyse clairement les rôles de ceux qui veulent éloigner, contrôler, étouffer, emprisonner. 
    Tout d'abord, il décrit les révoltes des banlieues (Clichy -Sous-Bois, Evreux, Vaulx-en-Velin..), revient sur les premières émeute en 1979 à Vaulx-en-Velin et celle de 1980 à Marseille, à la suite d'un meurtre d'un jeune algérien par les CRS. Dell'Umbria remet en cause les moyens excessifs des policiers (flash - ball, taser...).

    Dans une deuxième partie, l'auteur expose "la banlieue, lieu du ban". 
    "En déracinant les gens des villes, comme ceux des campagnes pour les parquer dans la Suburbia, on créait une population sans tradition, sans mémoire, sans liens d'entraide, bref... sans cohésion interne..." (p.19).
    Les bâtiments construits pour les salariés déracinés. Ces habitats explosent dès lors que le chômage oblige une certaine indolence. Alessi Dell'Umbria montre les différents clivages : français contre étrangers, jeunes contre vieux, face aux violences policières.

    Il fustige, notamment les appartenances monolithiques et discours de religiosité rassurante. 
    "En instaurant une forme fantastique et illusoire de communication, la religion s'oppose concrètement à la communication réelle des individus - à commencer par la communication des hommes et des femmes. "Nous ne portons pas le voile parce que nous sommes soumises à nos maris mais parce que nous sommes soumises à Dieu", déclarait une fille voilée exclue de son lycée. Où est la différence ?" (p.66) et finit par "une célèbre formule sur les rapports entre opium et religion..." (p.76). 
    Pour finir, il rappelle la place des drogues, dans le maintien d'un niveau social "Il n'en demeure pas moins que la vague d'incendies e l'automne 2005 a constitué la première grande révolte des précaires (...) Quand on grandit dans une famille où l'on mange grâce au RMI du père et au deal de shit du grand frère, on n'a guère d'illusions sur le futur." (p.82).

    "C'est de la Racaille? Eh bien, J'en suis!" est un pamphlet éclaircissant. 
    Cependant, des critiques acerbes et intransigeantes parsèment les pages entre autre sur le vote "voter n'est pas un acte, c'est une délégation de pouvoir. Réduire l'énergie d'une révolte à la simple participation aux scrutins électoraux, c'est la court-circuiter" (p. 94).
    Il est certain que ce bouquin ne plaira pas à tous : sa remise en cause de l'Etat républicain en irritera même plus d'un. 
    Pour ceux qui cherchent à comprendre l'histoire des émeutes, d'arrêter de stigmatiser les jeunes des banlieues, il est indéniablement intéressant de lire le raisonnement d'Alessi Dell'Umbria.

    Edition L'Echappée : http://www.lechappee.org/

    Son : Alessi Dell'Umbria intervient sur Radio Grenouille, à Marseille.
    http://www.grenouille888.org/dyn/article.php3?id_article=882


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :