• _"Femme De Parloir" De Duszka Maksymowicz_

    Duszka Maksymowicz est devenue par hasard visiteuse de prisons.
    Bordelaise, elle a d'abord obtenu son doctorat en médecine a exercé à l'hôpital, puis a suivi son époux, médecin militaire, à Madagascar et en Nouvelle – Calédonie.
    Revenue en France métropolitaine, elle connaît son premier parloir à la maison d'arrêt de Bordeaux – Gradignan. Après de longues années de « femme au foyer », à plus de quarante ans, ce qu'elle découvre de l'univers carcéral et l'engagement que son statut de visiteuse représente l'amènent à reprendre ses études pour obtenir un DEA de Droit Pénal et Sciences criminelles.

    Une correspondance entretenue avec un prisonnier la conduit à cinquante ans à une autre rupture : elle quitte Bordeaux pour Paris, devient animatrice dans un centre d'hébergement d'urgence, et se marie à la centrale de Poissy.
    Duszka Maksymowicz est aujourd'hui écrivain public aux Mureaux, une ville de la banlieue parisienne.

    « Quatre mètres carrés sous surveillance. Drôle d'endroit pour une rencontre.
    Le parloir. Lieu impersonnel où passent en vrac avocats, visiteurs et familles, sous l'oeil vigilant des matons. La rencontre. Celle de Duszka Maksymowicz avec Micha, condamné à perpétuité, qu'elle décidera d'épouser en prison.
    Dix ans après, elle nous livre ce témoignage bouleversant, qui nous plonge dans l'univers des femmes de détenus : les kilomètres parcourus, l'attente, la fouille au corps, les mesures vexatoires, les abus de pouvoir du juge d'application des peines, et la solidarité des parloirs ; les angoisses aussi, celles du transfert inopiné, du mauvais traitement, de l'oubli.

    « Femme de parloir » est un réquisitoire de fer contre le système carcéral tout entier. On oublie trop volontiers le soin que met l'institution à punir aussi l'entourage de ses détenus. »

    Un livre qui se dévore, simple à lire, pour entrer dans les interstices du monde carcéral.

    Cette rencontre improbable nous émeut, nous bouleverse.

    Le système carcéral déshumanise, ces êtres en manque d'amour, de chaleur humaine. 
C'est ce que va donner Duszka : son temps, sa force, sa détermination.
    Face aux différentes embuches provoquées par le monde pénitentiaire, Duszka se bat, s’insurge contre ce système qui broie.

    ESPRIT FRAPPEUR :
    http://www.agora-international.com/boutique/librairie/catalogue/ESPRITFRAPPEUR.html


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :