• Le Théâtre de Verre, squat artistique parisien, menacé d'expulsion..Soutien !

     
    " Malgré les négociations en cours pour un bail d'occupation précaire jusqu'en août 2007, la SNCF rompt unilatéralement tout dialogue en relançant la procédure d'expulsion.

    Le Théâtre de Verre et l'association Co-Arter, installés au 25-27 bis rue de l'Echiquier, dans le Xe arrondissement de Paris, depuis novembre 2004, sont une fois de plus menacés d'expulsion. La soudaineté, et surtout l'absurdité de cette menace sont d'autant plus frappantes que des discussions étaient en cours entre les occupants, la mairie de Paris et la SNCF, propriétaire du lieu. Une expertise des architectes de la ville de Paris et un audit réalisés début 2007 devaient permettre de parvenir à un accord d'occupation précaire jusqu'à fin août 2007, laissant ainsi espérer une respiration propice à la préparation d'une programmation artistique élaborée pour le printemps-été 2007, avant la reconversion du site en logements sociaux, crèche et jardin sous deux ans.

    Malgré les demandes de justifications des responsables du Théâtre de Verre, la SNCF se fige aujourd'hui dans une posture sourde et opaque quant aux raisons de l'urgence de cette expulsion. En cette période préélectorale, une telle décision semble moins administrative que politique.

    Sur le principe du nomadisme, l'association Co-Arter n'aspire d'ailleurs pas à une occupation pérenne des locaux, contrairement à de nombreux autres squats artistiques : « Nous voulons emprunter les espaces et non pas nous les approprier... nous proposons un projet avec un point de départ, une direction et un but », explique Luis Pasina, son président. Précédemment, l'association a investi une ancienne miroiterie dans le XIIe arrondissement avant d'arriver dans ces anciens locaux de la SERNAM, en friche depuis 1994, dont elle n'occupe d'ailleurs qu'une partie : le hangar, mais pas les grands appartements des cinq étages de l'immeuble. Sa démarche esthétique privilégie moins, en ce sens, la finalité artistique que le lien et le processus de réappropriation collective d'un environnement par l'art. Le Théâtre de Verre, laboratoire ouvert d'expériences artistiques, travaille la question des publics (11 000 adhérents) et accueille volontiers les réunions des associations locales - trait d'union social reconnu par la mairie du Xe arrondissement.

    Le rituel du repas et des concerts dominicaux, sorte de guinguette alternative, sont ces derniers temps le coeur de l'activité du squat. C'est l'occasion d'y voir les installations en gestation ou celles d'une exposition (en ce moment, l'Exposition collective), toutes portant les stigmates du lieu : collage de formulaires administratifs, appareils électriques faisant tableau, installation de baignoires suspendues dans les airs, mobile de chaises tournoyantes... Les chantiers artistiques de la programmation de mai, juin et juillet sont actuellement très avancés. Espérons qu'aucune décision de justice aveugle ne transformera ces réjouissances en un grand déménagement. " Gwenaëlle Aupetit 

    On ferme les squats pour construire des prisons !
    Que va devenir la culture ?
    On propose aux musiciens, comédiens...du Théâtre de Verre d'aller jouer sur un parking d'un supermarché !
    Vive la décadence..
    Appel massif à soutenir le Théâtre de Verre, passez-y :

    http://perso.orange.fr/luispasina/


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :